Mise en pratique - secteurs de jeu

Quand on parle « secteurs de jeu » et « performance » des joueurs pros, on voit tout de suite deux camps qui s’opposent. Les supporters du petit jeu, chipping et putting, et les adeptes du grand jeu, driving et attaques de greens. L’objet de cet article va être d’essayer de poser un regard objectif pour départager cette guerre qui fait « rage » chez les fans de golf .☺

Pour ceux qui me suivent régulièrement sur les réseaux sociaux, vous savez que j’ai déjà choisi mon camp… me causant d’ailleurs souvent la raillerie des internautes 😉

Dans cet article, au-delà d’amener des chiffres objectifs, je veux surtout vous donner des pistes de progression pour votre jeu !

Les secteurs de jeu des pros du PGA Tour

Sur les 5 dernières saisons jouées (2016/17/18/19/20), j’ai choisi de prendre le classement moyen dans chaque domaine du Strokes gained (SG) – hors « tee to green » – des 10 meilleurs joueurs de la FedEx Cup sur le classement de la saison régulière (hors playoffs).

secteurs de jeu au golf qui rapportent

Rouge : dernier secteur | Orange : 3e secteur | Jaune :2e secteur | Vert : 1er secteur

Quels sont les enseignements ?

  • La qualité des attaques de greens est le domaine principal où les meilleurs joueurs de la FedEx Cup performent
  • Le putting arrive dernier avec quasiment 15 places en moyenne d’écart avec le secteur de jeu des attaques de green
  • Globalement, pour les pros, il vaut mieux être fort au grand jeu (drive+attaques de greens) plutôt qu’au petit jeu (chipping+putting)
  • 3 fois sur 5 le secteur qui termine en tête est la mise en jeu
  • Sur ces 5 ans, 14 joueurs sont dans le Top 10 du SG Mises en jeu, 13 sur le SG attaques de greens, 8 sur le SG Putting
  • A l’inverse 11 sont au-delà du top 100 du SG putting et 5 seulement pour le SG Attaques de Greens.

Que retenir pour vous les amateurs ?

Déjà mieux comprendre le jeu des pros ! 🙂 En effet, et comme l’a souvent prouvé Mark Broadie dans ses stats, ou son livre, (Every Shot Counts), la qualité d’attaque de greens est le domaine où les meilleurs pros font la différence.

Ensuite des explications s’imposent, toujours dans le but de mieux comprendre les grands joueurs, quand on observe le putting. Le Strokes gained est une statistique qui permet d’observer où les joueurs gagnent des points sur leurs adversaires. On voit dans ce tableau que le putting est finalement le domaine où les grands joueurs sont le moins dominants.

Mais alors pourquoi les chiffres sont ils si loin de notre impression première quand on voit un joueur gagner un tournoi ?

Déjà il faut rappeler que le SG Putting lors d’une victoire prend plus d’importance que sa position sur l’ensemble d’une saison. En effet il n’est pas rare qu’un joueur soit classé dans les 10 premiers du Strokes gained putting du tournoi lors de sa victoire alors que le reste de l’année, il est dans le fin fond du classement de cette stat.

Ensuite je dois quand même vous rappeler que des joueurs d’exceptions comme McIlroy, Justin Thomas, ont gagné des Majeurs ou des tournois de premier ordre en ayant lors du tournoi – ou du dernier tour – un SG putting négatif. C’est-à-dire qu’au putting, ils perdaient des points sur les autres joueurs. mais compensaient par la qualité du grand jeu.

Un exemple concret chez les Pros

On a dit que le SG comparait le niveau d’un pro à celui de tous les autres. J’insiste sur le fait donc que c’est une comparaison.

Prenons donc un putt de 2m…

Chez un pro, un putt de 2m (ou 7 pieds environ) va rentrer très régulièrement. Si un pro le rentre donc durant sa partie il ne gagnera pas bcp de points sur les autres joueurs au Strokes gained puisque l’ensemble des joueurs vont le rentrer très souvent.

Statistiquement il n’est donc pas « bon » au putting et, techniquement, il ne témoigne pas non plus d’une grand maitrise obligatoirement. Ce fameux putt de 2m, et en dessous, lorsqu’un pro joue la gagne, cela va arriver très souvent. Soit pour sauver un par, soit pour signer des birdies après avoir touché un par 5 en deux, ou encore pour conclure un joli coup de wedge ou de fer. Mais, même si ce joueur rentre tous ses putts de 2m, il ne fera pas une grande différence de points sur le plan statistique… En revanche, il prouvera l’importance d’un tout autre domaine : le mental !!

Vous n’avez pas besoin d’un putting démoniaque, comparativement aux autres joueurs, pour être dans le top 10 de la FedEx Cup. Certains joueurs du top 10 étant même classés bien au-delà de 100ème place dans ce domaine assez souvent . En revanche il faut faire preuve d’un grand jeu redoutable et d’un mental d’acier. Si leur grand jeu est solide voire brillant,  ils n’ont pas besoin de rentrer régulièrement des putts au-delà de 4/5m.

Dernier exemple notoire : Justin Thomas au Players 2021. Il gagne le tournoi avec un strokes gained putting négatif de 2 coups sur le dernier tour ! 😉

Mais est ce la même chose pour les amateurs ?

Et bien, NON ! Parmi les différents secteurs de jeu, l’amateur doit impérativement améliorer son putting. Il n’est pas possible de comparer un Strokes gained d’un amateur à celui d’un pro de mon point de vue. Essentiellement à cause de la différence du lieu de pratique. Toutefois, pour avoir un ordre d’idées, intéressons-nous à la moyenne du nombre de putts.

Voici un rappel statistique :

  • Score 71 donne 29 putts de moyenne
  • Score 79 donne 31.7 putts de moyenne
  • Score 85 donne 33.7 putts de moyenne
  • Score 91 donne 35.7 putts de moyenne
  • Score 95 donne 37 putts de moyenne

De prime abord, ces chiffres peuvent paraître totalement illogiques. Pourquoi ? Parce que l’on a tendance à croire, que plus votre handicap est haut, moins vous prenez de greens en régulation et moins vous prenez de greens en régulation, plus vous avez l’opportunité de ne faire qu’un putt après une approche de bord de greens.

Donc, non seulement un amateur est moins bon sur le nombre de putts / green mais en plus il est deux à trois fois moins bon qu’un pro car il devrait  partir avec l’avantage d’être plus proche du drapeau après son chip. La bonne nouvelle est que, à l’inverse des pros, le petit jeu est un secteur où vous pouvez faire une grosse différence en tant qu’amateur.

Comment progresser dans ces secteurs de jeu ?

  1. Entrainez vous sous pression ! Soit en vous mettant un nombre consécutif de putts à rentrer du même endroit (ex : 100 putts de suite à 1m), soit en disposant des tees allant de 1 à 10 pieds autour du trou et en vous fixant un objectif de putts rentrés sur les 10 joués.
  2. Entrainez vous à faire 9 trous en chip/putt. Depuis le bord du green d’approches ou du putting green si vous avez le droit, prenez 9 situations et donnez vous pour objectif de faire 6 ou 7 fois 1 chip suivi seulement d’un putt sur les 9 situations.

Je mentirais évidemment si je mettais de côté la technique dans cette équation. Mais je laisse le soin à votre enseignant de la corriger, ou bien je vous demande encore un peu de patience pour les prochaines vidéos ou articles qui seront publiés sur ce site. 🙂

Le petit jeu c’est déjà beaucoup d’adresse et de mental, alors entrainez-vous avec ces deux situations pour commencer et ensuite, on rendra les exercices plus complets, plus variés, mais également plus focalisés sur le geste technique.

Le secteur de jeu « attaque de greens »

secetur de jeu attaque de greens

Justin Thomas : puissance et contrôle

Il nous reste encore à décortiquer cette domination du SG Attaque de greens mise en évidence dans le tableau ci-dessus.

L’une des principales raisons, c’est cette capacité chez les joueurs professionnels à ramener leurs fers dans une position de puissance et de contrôle dans l’impact. Nous allons donc l’étudier.

Comme sur la photo de Justin Thomas le montre, il y a la puissance car en ayant les mains en avant le loft du club se referme et donc génère plus de vitesse dans la balle. Il y a aussi contrôle car en ramenant les mains en avant dans l’impact, la face de club ne se désoriente pas de la cible.

Exercice à réaliser :

1. Placez une baguette le long du shaft

2. Effectuez un ¾ de swing


3. Ramenez le club avec les mains en avant pour faire en sorte de ne pas faire toucher la baguette contre votre flanc gauche dans l’impact

Si elle touche avant ou pendant l’impact cela signifiera que vous cueillez la balle 🙂

Vous avez un peu de travail devant vous alors je vous laisse 😉

A bientôt et en attendant bon golf à tous !

PS : si vous souhaitez mieux comprendre le Strokes Gained rendez-vous sur cet article.

4 réponses
  1. MORTREUX
    MORTREUX dit :

    Bonjour Julien,
    Vraiment très intéressant cet article avec le constat, le conseil pour progresser au practice et la séquence swing, c’est parfait !
    Merci pour les conseils et à bientôt pour le prochain article !
    Charles

    Répondre
  2. Guylaine
    Guylaine dit :

    Merci pour ces analyses et les exercices d’amélioration. Si je faisais l’exercice de putting (avec les 10 balles de suite à rentrer; pas les 100 !), et aussi des exercises de chipping, je ne fait pas l’exercise 2 (chip/putt). On va donc le travailler !
    Ayant testé l’exercise avec la baguette pour le démarrage du swing (YouTube ;-)), ma position à l’impact est bonne ! Merci Julie pour ces tips !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.