De nos jours il existe une offre de matériel exceptionnelle ! Du putter au driver en passant par les wedges, ou tout autre club, vous pouvez désormais faire du sur mesure sur chaque club. Cette offre parfois prolifique peut porter à confusion mais il faut surtout voir cela comme une immense aubaine pour le monde amateur. La multitude de types de clubs, offrant une large réponse à vos défauts et votre niveau, les fitters de clubs de plus en plus nombreux et les journées démo présentes régulièrement dans vos golfs ou pro-shops, peuvent vous permettre désormais de choisir des clubs qui vous plairont et vous aideront. Néanmoins pour cela il faut cependant respecter selon moi quelques points importants.

La première question qu’il faut se poser quand on veut changer de clubs c’est « pourquoi je veux en changer ? »

Selon moi, il existe 4 grandes réponses à cela et qui peuvent évidemment se cumuler :

  • Renouvellement du matériel obsolète
  • Vous êtes un fou de matériel et souhaitez ajouter de nouveaux clubs à votre collection
  • Vous souhaitez des clubs qui minimisent vos défauts
  • Vous souhaitez passer un cap dans votre jeu

Dans tous les cas il n’y a pas de bonnes ou mauvaises raisons, en revanche il y a de bonnes ou mauvaises solutions et votre enseignant ou fitter sont là pour vous aider à trouver la bonne réponse à votre souhait.

Regardons ensemble ces 4 points.

Renouvellement du matériel obsolète

Déjà, quand puis je convenir que mon matériel est obsolète ?

Aujourd’hui, l’industrie des clubs, shafts et autres composants des clubs de golf avancent rapidement et la technologie évolue vite.

Si il serait stupide de penser que sa série achetée il y a deux ans est désormais complètement dépassée (à niveau de jeu égal), il faut néanmoins reconnaître que la tolérance des drivers et la puissance des fers sont devenues très impressionnantes. Ainsi on peut constater déjà de jolies différences entre des clubs qui ont 5 ans d’écart et une énorme différence quand on approche ou dépasse les 10 ans.

Pour les amateurs, les faces de clubs des fers ont été considérablement refermées pour augmenter la vitesse de sortie de balle. Cependant il fallait être en mesure de conserver une hauteur, un spin et une tolérance importante malgré des faces de clubs plus fermées. En jouant, entre autres, sur les matériaux, le centre de gravité, les shafts ou les stries des clubs, cette bataille est désormais gagnée. Aujourd’hui, vos fers sont plus puissants et plus tolérants qu’il y a 10 ans. C’est évidemment également le cas avec vos drivers car, par leur conception, ils restituent beaucoup mieux la puissance d’une « mauvaise frappe » (descendante ou décentrée) qu’il y a quelques années.

Alors pour répondre précisément à cette question, voici quelques éléments en partant du principe que vos clubs semblent vous convenir mais que vous vous posez la question de l’âge de vos clubs :

  • Entre 0 et 2 ans ayez la curiosité d’essayer même rapidement des nouveautés
  • Entre 2 et 5 ans faites un fitting de « vérification »
  • Entre 5 et 10 ans pensez à changer votre matériel
  • Plus de 10 ans, je prends rendez-vous d’urgence pour vous avec un fitter Callaway 😉

Après évidemment, comme l’explique Médéric Cocaire, Sales Promotion Manager chez Callaway : « l’achat du driver est souvent plus excitant, grâce à la tolérance et la distance acquise, il est aussi moins onéreux qu’une série de fers et devient donc souvent un achat plus régulier que les fers ».

Vous êtes un fou de matériel

Dans ce cas aucune règle… seule la passion l’emporte ! 🙂 Mais si vous êtes un vrai passionné de matériel alors laissez-vous tenter par les produits limités ou personnalisables… Sacs, putters, wedges, balles…

Vous souhaitez des clubs qui minimisent ou effacent vos problèmes de trajectoires

Aujourd’hui, en modifiant les réglages de votre driver au niveau de la tête, en modifiant le lie de vos fers, en optant pour un shaft plus léger ou plus lourd, avec un point de flexion plus haut ou plus bas, en modifiant la taille de vos grips, le torque du shaft ou sa fréquence, en choisissant telle tête de club plutôt qu’une autre… vous pourrez grandement limiter vos défauts, voire même en effacer certains littéralement si vos clubs étaient mal réglés initialement. Ceci étant remettre sa trajectoire de balle dans « les mains de vos clubs » ne peut fonctionner que si :

  • Vous ne prenez jamais ou très peu de leçons auquel cas votre swing bougera peu
  • Vous en parlez à votre enseignant pour qu’il valide les 2/3 choix principaux

« Aujourd’hui par exemple avec les 14 séries de fers sur le marché, nous sommes en mesure de véritablement améliorer votre gain de distance mais surtout, et c’est tout l’intérêt de ce large choix, d’améliorer votre régularité en terme de dispersion latérale ou de profondeur de vos coups. Je vais même aller plus loin, si vous sortez de l’un de nos fittings sans véritable gain TOTAL ( distance/dispersion ) nous vous conseillons d’attendre. Mais grâce à la qualité de nos produits c’est assez rare ☺ » souligne Mederic Cocaire.

En effet imaginons que vous preniez des fers pour contrer votre fade ou slice. Si vous slicez, c’est que votre chemin de club est certainement beaucoup plus à l’intérieur de votre ligne de jeu que l’orientation de votre face de club.

Pour réduire cet écart on peut parfois rendre le lie de votre club plus « droit » (up right) ou changer le type de shaft pour faire en sorte que la face de club s’oriente plus à gauche au moment de l’impact et réduise l’écart entre la face et le chemin du club et donc l’effet. Hors si votre enseignant a pour projet de redresser votre chemin de club, ce fitting pourrait devenir totalement contre productif car il vous dirigerait vers des ennuis inverses. Vous vous retrouveriez alors avec un chemin de club intérieur – extérieur par vos leçons avec une face de club orientée à gauche et donc de forts effets à gauche cette fois ci.

En résumé, si vous rentrez dans la démarche de corriger vos trajectoires par le fitting, je conseille toujours d’en parler avec son enseignant (si on en a un au préalable) pour ne pas faire d’impair avec le travail du fitter . L’enseignant et le fitter pouvant être tous les deux excellents, mais sans communication, pourraient travailler à l’opposé l’un de l’autre. En revanche si vous ne prenez jamais de leçons alors allez chez un bon fitter et régalez vous ☺

Vous souhaitez passer un cap grâce à vos clubs

Lorsque votre swing déraille, il est désormais possible de limiter les effets néfastes de vos défauts grâce au matériel. Néanmoins cette manière de procéder, même si elle peut vous rapporter des points à court terme, peut limiter votre progression globale.

« Ma vision des choses, c’est que lorsqu’on engage une nouvelle collaboration avec un enseignant, le joueur doit s’assurer que ses clubs ne vont pas limiter son travail technique. C’est pour moi l’une des étapes primordiales du changement de clubs . Il y a un deuxième cas qui est celui de la jeune joueuse ou du jeune joueur en pleine croissance physique et golfique et qui a besoin de régulièrement faire évoluer son matériel. Enfin, dernier cas selon moi, le ou la joueuse Sénior qui, à l’inverse, perd de la vitesse dans son swing, donc souvent de la distance dans son jeu, et qui peut le compenser par le matériel.  » souligne Mederic Cocaire

Je vous donne un exemple : en acceptant de corriger vos « pulls » en changeant le lie de votre club vous acceptez de ne pas changer votre swing hors si vos clubs sont correctement fittés pour votre position statique si vous voulez progresser dans votre technique c’est à votre swing en dynamique de progresser.

Vous pouvez également choisir de passer un cap en jouant des clubs plus exigeants en surface de tolérance. Ils seront peut être plus dur à jouer au début mais vous rendront plus précis dans vos contacts à terme. Et des exemples comme cela il y en a beaucoup.

Quoi qu’il en soit et encore plus dans ce cas, je vous conseille de mettre en relation votre enseignant et votre fitter. La discussion entre spécialistes durera que quelques secondes ou minutes mais permettra à ceux d’entre vous qui ont la volonté de passer des étapes dans leur golf et de ne pas faire fausse route.

Si vous travaillez avec un enseignant, demandez-lui toujours son avis avant votre fitting ou avant la commande.
Ayez les idées claires sur vos objectifs golfiques avant votre fitting. Le fitter pouvant vous conseiller deux choses différentes selon que votre objectif est de maintenir votre niveau en limitant vos effets ou que vous souhaitez passer un vrai cap.

Une fois tout cela effectué, permettez moi de vous donner un petit conseil amical  ☺

NON VOTRE JEU NE TIENT PAS A UN DEGRÉ PRÈS !!

Combien de fois ai-je entendu, par un amateur, toutes marques ou clubmakers confondus, que l’un des fers reçus n’était pas au degré près celui commandé après vérification. Ou encore que le swingweight était en D0 à la place de D1… J’apporterai deux réponses assez basiques à cela :

  • 99,999999% des gens qui liront cet article ne swingue pas 2 fois, au degré près de la même manière, alors ne vous inquiétez pas pour le degré d’écart sur votre fer8 😉
  • 9 fois sur 10, si vous n’aviez pas vérifié, vous n’auriez certainement pas remarqué l’influence de cet écart.

Evidemment cela ne veut pas dire qu’il faille tolérer l’approximation d’une marque ou d’un clubmaker. Les marques, les clubmakers eux mêmes ne le tolèrent pas d’ailleurs et mettent tout en place dans leur process de construction pour éviter ces éventuelles –  millimétriques – erreurs. Mais à côté de cela il ne faut pas croire que votre jeu est gâché par ces millimètres d’écart !

Plus durement, je m’adresse rapidement aux parents de jeunes joueuses et joueurs qui évoluent dans le royaume du contrôle absolu de tous les paramètres extérieurs de la performance, sans jamais finalement se concentrer sur l’essentiel, ceux de l’intérieur : l’enfant, son plaisir, son comportement, son goût de l’effort pour les plus ambitieux, sa technique et sa capacité d’adaptation à éventuellement 1 point de swingweight différent entre son F7 et son F8.

Quand je vois des parents remuer ciel et terre pour un driver dont la fréquence ne serait pas la bonne mais qui tolèrent ou ferment les yeux sur leurs enfants qui passent 4h (quand au moins ils jouent vite…) à se comporter n’importe comment sur le parcours ou s’entrainer quand cela leur plait, je ne suis pas convaincu de l’ordre des priorités et de la cohérence d’une recherche de perfection dans la matériel, quand la partie humaine est loin d’être imperfectible …

Heureusement, les Ballesteros, Faldo, Woods, Nicklaus etc, bien que concernés par leur matériel lorsqu’ils étaient jeunes, avaient surtout compris que l’essentiel dans un premier temps était de construire d’autres qualités que celle d’un contrôleur de produit fini de telle ou telle marque.

Mais je m’égare on abordera cela plus tard, dans un autre article. ☺

Maintenant pour ceux qui ne sont pas encore des experts du fitting voici quelques idées à retenir :

Driver :

Les différentes têtes augmentent ou réduisent le spin. Hors selon vos vitesses, il ne faut pas forcément tout le temps chercher à le réduire le plus possible.
La rigidité apparente d’un shaft (regular/stiff/x stiff/autres) n’est pas une vérité absolue pour choisir le bon shaft. Il existe d’autres paramètres que maitrise votre fitter qui peuvent faire que votre driver aura une rigidité (sur le papier) différente de vos fers.
N’ayez pas peur de l’ouverture de votre club si celle proposée est importante. C’est parfois source d’un gain de distance.

Fers :

Vérifiez bien le lie de vos clubs.
N’ayez pas « peur » du graphite sur les fers ils sont devenus de très bonne qualité.
Ne cherchez pas obligatoirement à prendre F3/F4 parfois les hybrides font bien l’affaire.

Hybrides :

Prenez des ouvertures cohérentes pour faire le lien entre vos fers et vos bois de parcours.

Bois de parcours :

Il vaut mieux un B5 qui fonctionne du tonnerre qu’un B3 qui vous fait peur 😉

Sand Wedges :

Adaptez vos choix d’ouverture en fonction de votre dernier fer.
Choisissez bien votre semelle et votre bounce en fonction de votre swing et des parcours que vous jouez le plus souvent

Putter :

Choisissez un putter dont l’angle de rotation de la face durant votre mouvement correspondra à votre geste ou celui que vous avez l’intention d’atteindre.
N’ayez pas peur d’opter pour un putter au loft plus ou moins ouvert si cela correspond à votre geste.

Un rapide et simple lexique.

  • Lie : angle entre la semelle et le shaft de votre club
  • Shaft : manche du club
  • Torque : rotation de la base du club
  • Loft : ouverture de la tête de club
  • Fitter : personne qui s’occupe de votre fitting
  • Fitting : adaptation de vos clubs à votre swing, morphologie, etc …
  • Clubmaker : personne qui assemble lui même les clubs recommandés
  • Swingweight : équilibre du club
6 réponses
    • Julien
      Julien dit :

      Bonjour Pascal, pour la taille vraiment prendre le temps d’en parler avec son professeur si vous en avez un sinon de faire confiance au fitter 🙂

      Répondre
  1. Kaczor
    Kaczor dit :

    Bonjour
    L’ article est très intéressant.il apporte des réponses avec des solutions ou des choix que nous pouvons ne pas avoir les connaissances au moment du changement des clu.bs

    Répondre
  2. Guylaine
    Guylaine dit :

    J’attends (avec impatience 😉 ) mes nouveaux clubs après un fitting fait dernièrement car j’attendais que mon swing s’améliore avant d’en changer pour avoir du matériel adapté ! et en plus ils deviennent obsolètes (modèle de la catégorie 5 à 10 ans !) donc double bonnes raisons !
    Merci donc Julien pour cet article qui me conforte dans mon choix de changer de clubs 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *